La fourbure d’origine alimentaire

Reprise d’un article que j’ai rédigé à la base pour un autre blog mais le sujet est tellement intéressant que j’ai souhaité le partagé ici.

Les fourbures, pathologie redoutée par tous les propriétaires de chevaux sans exception. En effet, il ne s’agit pas moins de la 2ème cause d’euthanasie (après les coliques) de nos compagnons. Mais qu’est-ce donc réellement ? La plupart des gens connaissent la position symptomatique que les chevaux prennent pour se soulager d’une fourbure mais peu de cavaliers savent réellement ce dont il s’agit, les causes, les traitements.

0112

Commençons par les causes :
La fourbure aigüe est la suite logique de 3 erreurs. Il s’agit en fait, en premier lieu d’un déséquilibre du microbiote intestinal en raison d’un apport massif et/ou prolongé d’aliments dont la teneur en sucre est trop élevée pour le métabolisme équin (granulés, céréales, herbe trop riche, etc…) associé un manque de mouvement régulier et un mauvais suivi des pieds.

Comment cela évolue ?
Le déséquilibre du microbiote intestinal va provoquer une sorte « d’empoisonnement » de l’organisme que le système immunitaire du cheval va vouloir évacuer par les pieds en passant par le système vasculaire. Une alimentation trop riche va entrainer une production d’acide lactique trop importante. Le tract digestif devient par conséquent plus acide (baisse du pH) et détruit des bactéries essentielles à la digestion du cheval. Cette dégradation de la flore va provoquer la libération d’endotoxines que le foie va vouloir évacuer. Le foie arrive à saturation et un empoisonnement du sang a lieu. Ceci va atteindre le système vasculaire du pied induisant une inflammation des lamelles dermiques du pied qui forment un coussinet. Qui dit inflammation dit gonflement. Ce gonflement va peu à peu provoquer l’avancée de la 3ème phalange pouvant aller jusqu’à un basculement tellement important de celle-ci qu’elle va perforer la sole. Lorsque cela arrive, il est trop tard et il faut euthanasier.

fourbure1

Et pour les soins ?
Dans tous les cas, il s’agit d’une inflammation. Des anti-inflammatoires sont donc de rigueur. Toutefois, l’inflammation étant provoqué par un par une surcharge générale du métabolisme, un drainage du foie est fortement recommandé ! Un déferrage et un parage diminuant les points de pression est recommandé.
De nombreux maréchaux proposent de ferrer à l’envers ou de mettre des talonnettes, sur-élevant ainsi le talon pour soit-disant soulager le cheval (qui rappelons le, marche sur les talons et non sur la pointe des pieds à l’état naturel). Si nous poussons la réflexion un peu plus loin, nous constatons que la fourbure induit d’ores et déjà un basculement vers l’avant. Or mettre des talonnettes, pour surélever le talon du cheval, c’est exagérer encore une fois ce basculement vers l’avant qui au final peut s’avérer fatal. Il est tout de même possible de soulager le cheval durant le plus gros de la crise à l’aide d’une astuce simple : former un coussinet à l’aide d’une mousse (du genre tapis de yoga) découpée selon la forme du pied et fixée avec du scotch. Il est également possible d’inclure la mousse dans une boot.
Dans tous les cas, les soins à effectuer ne se font pas en un jour, c’est surtout la base du problème qui doit être revue : l’alimentation ! Un régime à base de fibres (c’est à dire de foin dans ce cas) est préconisé ainsi qu’une diminution importante, voire une suppression complète des aliments riches en sucre. Et contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent, il est nécessaire que le cheval fourbu marche. En effet, après déferrage, la pompe circulatoire peut se remettre à fonctionner correctement et il est nécessaire que le sang circule afin d’éliminer l’inflammation et les toxines. Les cas où le cheval ne doit en aucun cas bouger sont rarissimes.

Dans tous les cas, la fourbure doit être suivie par un vétérinaire et un podologue équin afin de rétablir l’équilibre complet de l’organisme.

Chronique ou aigüe ?
Une fourbure peut devenir chronique suite à la mauvaise prise en charge d’une fourbure aigüe ou d’une fourbure aigüe qui a trop duré. A partir du moment où la 3ème phalange bascule, la fourbure est dite chronique.

Dans tous les cas de fourbure, si le cheval a été atteint une fois , il restera fragilisé pour le restant de sa vie.

La meilleure des protections contre la fourbure aigüe est donc la prévention qui passe par une alimentation adapté au métabolisme équin, du mouvement régulier et un suivi optimal des pieds.

cav_02_2011_heunetze_lir2336_aufmacher

Liens intéressants pour approfondir le sujet : 
The laminitis site
Podologie équine libre
Laminitis

Un commentaire sur “La fourbure d’origine alimentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :