J’utilise un clicker et je le vis bien

LogoIl y a déjà quelques années de cela, j’ai entendu parlé du clicker : lobotomisation, perte du respect, automatisation du cheval, on le laisse plus réfléchir, etc etc… – J’ai donc directement mis de côté cette méthode.

Et puis il y a quelques mois, je découvre plusieurs couples qui utilisent la méthode du clicker : les chevaux sont respectueux, alertes, motivés, vigousses… – tout le contraire de ce que j’ai bien pu lire jusque là.

Peu à peu, l’idée a fait son bonhomme de chemin dans ma tête et je me suis dit « pourquoi pas essayer avec le poney black and white ? ».

D’abord, on commence par savoir ce que c’est exactement. Voici ma définition personnelle :

Le clicker est un outil de travail qui permet de travailler avec le renforcement positif. Lorsque l’animal réalise ne serait-ce qu’une ébauche du geste final demandé, le propriétaire clique puis félicite pour peu à peu arriver à ce geste final. Le renforcement positif étant l’utilisation d’une récompense des bons gestes plutôt qu’une punition des mauvais. La récompense peut tout aussi bien se faire sur le plan alimentaire qu’affectif. L’affectif ne répondant pas à un besoin primaire de l’animal, l’alimentaire montre très souvent des résultats plus intéressants. Il n’est toutefois pas absolument nécessaire de travailler avec de l’alimentaire ! Le clicker se distingue par sa stabilité (toujours le même son) et sa précision de timing.

En gros, le clicker c’est pas la récompense mais juste un outil. Avant d’utiliser le clicker, j’utilisais ma voix « ouiiiiiiiiiiiiiiii », pas pratique pour être « stable » et récompenser toujours pareil. Un autre avantage du clicker c’est la précision de l’outil ! Il est possible de réellement clicker le bon geste à la bonne seconde ! La récompense suit ensuite.

12651024_1531653497134069_8012103739883589023_n
Source : Page facebook Fun’nimo

Trop souvent, lorsqu’on travaille sans clicker, le signal de récompense arrive après le geste souhaité. Un exemple : je demande la jambette (exercice que je n’ai jamais été capable d’enseigner au poney black and white), le cheval tend la jambe. Ce qu’on souhaite féliciter, c’est le fait d’avoir tendu la jambe. Or souvent, le bonbon suit par après, lorsque la jambe est déjà posée et aucun signal précis n’a été donné pour dire que c’était la jambe tendue le bon geste si ce n’est notre « ouiiiiiiiiiii » qui dure 3 plombes et durant lesquelles le cheval a le temps de reposer la jambe.

Mais le clicker requiert avant tout de la discipline et du respect ! La première chose qu’on apprend à un cheval lorsque l’on travaille au clicker, c’est la politesse. L’animal ne reçoit rien qu’il quémande ! Et même si clic il y a eu, il doit attendre en détournant légèrement la tête de vous : il doit rester poli. Les animaux le comprennent très rapidement.

Presque tous les exercices peuvent être réalisés au clicker. J’ai même utilisé le clicker pour réapprendre à galoper sur le pied droit à ma jument qui refusait de le faire sous la selle et qui partait systématiquement à gauche. 2-3 séances au sol avec clicker, 2-3 séances sous la selle et hop, c’est réglé, elle part juste des deux côtés.

futterPour les exercices au sol, ils ont presque tous été travaillés au clicker au début (par après je garde uniquement l’aspect récompense tantôt affective, tantôt alimentaire). Il y a un seul exercice que je refuse catégoriquement de travailler au clicker pour des raisons de sécurité : le cabré. Déjà que c’est un exercice qui requiert beaucoup de précaution, je refuse de l’associer à de l’alimentaire (après c’est mon choix personnel).

Pour beaucoup, la méthode du clicker s’apparente à une méthode de distribution systématique de nourriture. Pour ma part, certes il y a de la nourriture en jeu, mais je le vois davantage comme un outil de transition pour arriver à ses fins. Certains exercices difficiles (comme le fait de donner les pieds après un traumatisme) peuvent être exercés avec le clicker qui motivera l’animal à effectuer les gestes difficiles pour lui, voir des gestes qu’il percevrait comme « dangereux » (ex un peu poussé mais pas si rare : il s’est pris un coup une fois par un maréchal qui lui tenait les pieds alors qu’il gigottait, il ne va plus donner les pieds car il aura associé le coup reçu au pied donné).

Soucieux par rapport à l’apport trop important de bonbons ? Sachez qu’une pomme, coupée en petits carrés qui sont ensuite séchés, peut parfaitement faire l’affaire pour une séance ! Résultat : vous aurez donner une seule pomme pour toute la séance. La quantité au niveau de l’apport nutritif peut facilement être contrôlé par de petites astuces de ce genre.

Il existe des méthodes en masse, difficile de s’y retrouver. Comme toutes les méthodes, le clicker requiert avant tout une grande discipline et surtout de s’entourer et de faire des recherches afin de ne pas se lancer les yeux fermés dans une méthode qui va rapidement dépasser les moins disciplinés d’entre-nous (je pense notamment aux mamis et papis gâteaux).

Comme pour tout, il vaut mieux essayer puis en juger. Et surtout il ne faut pas oublier qu’une nouvelle méthode ne va pas s’instaurer en un soir, mais qu’il s’agit d’une éducation sur du long terme.

5 commentaires sur “J’utilise un clicker et je le vis bien

  1. Excellent! Je ne savais pas que tu t’y étais mise! C’est bien! Je me sens moins seule aussi du coup! hahaha.
    Depuis le temps que je passais pour une extra-terrestre avec mon clicker!

    J'aime

    • J’ai voulu essayé et Lola a tellement vite compris que les progrès ont été fulgurants. Maintenant je ne l’utilise pas systématiquement mais c’est un outil dont je ne souhaite plus me passer 🙂

      J'aime

  2. Ça a l’air vraiment top !
    Pour ma part, je n’y arrive pas avec ma ponette… En fait je n’arrive pas au renforcement positif tout court 😦 Si j’utilise la récompense alimentaire, elle demande, renifle les poches et toute notion de travail semble oubliée, malgré que je refuse systématiquement… Et les récompenses verbales et les gratouilles ne la motivent pas, semblent plus l’ennuyer qu’autre chose…
    Comment as tu fais toi pour apprendre le respect « de la friandise » à ton poney ? Aurais tu des conseils à me donner ? (Désolé si cela t’ennuie ou autre, je me débrouillerai :p)
    Merci d’avance et bonne continuation avec ton poney 😀

    Aimé par 1 personne

    • Mon cheval ne reçoit rien tant qu’il ne détourne pas la tête. Elle a rapidement compris le principe. J’avais la nourriture, elle me « fouillait » et dès qu’elle arrêtait car elle était distraite par autre chose, je lui refilais vite faite. Du coup elle a compris que venir « sur » moi pour avoir une friandise ne servait à rien. Et puis j’ai la sale manie de lui dire « tu restes polie ! » et elle a associé avec le fait d’écarter la tête, haha. Si tu rencontres des difficultés pour le travail au renforcement positif, le mieux c’est de prendre un cours avec un professionnel 🙂

      J'aime

  3. Très intéressant comme article, j’avoue que je m’interroge de plus en plus sur cette méthode. Effectivement au début ça me disait rien, j’avais justement entendu tous ces trucs négatifs, mais en me renseignant un peu plus ça me tente d’essayer! par contre je sais pas du tout comment commencer, j’ai peur de mal m’y prendre. ^^’

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :