Et sinon tu pratiques quelle discipline ? – Le tourisme !

J’ai commencé à monter à cheval à l’âge de 9 ans. Pendant les 2 premières années, j’ai monté dans un centre équestre où le prof était super sympa, mais les chevaux de vrais charognes, vraiment pas adaptés pour des débutants. J’ai appris à tomber durant ces 2 année.

Etant plus ou moins dégoûtée à l’âge de 11 ans mais ne voulant pas abandonner, j’ai changé de centre équestre où j’ai enfin pu monter des gentils chevaux pour pouvoir évoluer. J’ai donc appris les vrais bases du dressage. J’ai pu ressentir les sensations du piaffé, du pas espagnol et de la monte sur des chevaux bien mis en basse et haute école. Je raffolais du dressage !

Et puis à 13 ans, mes parents m’ont offert mon premier cheval : un bel andalou alezan ! Pas de bol pour moi : le dressage c’était vraiment pas son truc. Le saut par contre… une fusée sans nom, jamais un refus, presque jamais une perche. Un véritable régal. J’en suis venue à adorer le saut !

Une année plus tard, nous avons malheureusement dû nous en séparer. J’ai donc commencé à monter des chevaux ici et là dans les centres équestres et à refaire plutôt du dressage et un peu de balade (genre 5x par année…).

A mes 15 ans, grosse chute à la gym à l’école (ça c’était un sport vraiment dangereux !!), résultat 6 mois sans équitation.

Par après je recommence à monter avec un haflinger coquin, adorable mais que je n’ai pas les capacités de gérer. Avec lui je vais principalement en balade, à défaut de réussir à faire autre chose.

Je me fais peur et je cherche un autre cheval pour me remettre en confiance. Je tombe sur une super demi-pension avec laquelle je fais principalement de la balade mais avec laquelle je peux parfois, sous l’oeil attentif et bienveillant de la propriétaire, faire du saut et du dressage. Un régal pour se remettre en confiance. Je participe même à un concours de dressage où nous terminons premier du classement.

Quelques mois plus tard, ce merveilleux cheval s’endort sous nos yeux : tumeur au cerveau.

Je fais quelques cours ici et là dans des centres équestres, mais rien ne me convient car je n’aime pas ce « travail à la chaîne » trop souvent proposé dans les manèges.

En 2009, je me tente à la monte western : j’adore ! Au niveau amateur, ça tend beaucoup plus vers ce que je recherche (au niveau professionnel, comme dans toutes les disciplines, y a des dérives…. mais là n’est pas le sujet).

Je prends des cours, je trouve une demi-pension que je peux mettre en western. L’éclate totale.

2012, je craque sur mon cheval actuel : le poney black and white.

Où je souhaite en venir avec ma biographie équestre ?

En 2016 je pratique : la monte western, la randonnée, le saut, les horseathlons et le spectacle. Je souhaite aussi débuté dans les trecs et l’équitation de travail.

Peut-on réellement être bon dans quelque chose lorsque l’on pratique un tel pot pourri ? J’ai envie de dire que oui et non. Certes, dans aucune de ces disciplines je ne vais pouvoir aller à un niveau exceptionnel. Mais dans toutes ces disciplines, mon cheval et moi nous amusons, apprenons à nous connaître l’un et l’autre. Et surtout, nous ne nous ennuyons jamais. Finalement c’est ça être bon non ? Ne jamais s’ennuyer et toujours trouver de nouveaux buts à atteindre !

Le tourisme ? La discipline qui finalement nous décrit le mieux !

DSC_0336.JPG

5 commentaires sur “Et sinon tu pratiques quelle discipline ? – Le tourisme !

  1. J’aime beaucoup la définition de « ton » équitation ! Chacun son équitation, l’essentiel étant d’y trouver son compte ! J’avoue que moi aussi je suis un peu aux antipodes dans ma pratique : j’adore le CSO, mais j’adore aussi les longues randonnées. Hors c’est assez incompatible si je veux approfondir plus l’un que l’autre : si je fais du CSO j’opte pour une ferrure « aérodynamique » légère mais moins résistante à l’abrasion causée par les balades de 25km ! Bref la polyvalence y’a que ça de vrai ! Tant qu’on s’éclate et que nos poneys sont heureux c’est ce qui compte !

    Aimé par 1 personne

  2. Eh bien grâce à toi j’ai enfin trouver ma définition: je suis également une « cavalière-touriste » !
    Ce que je veux avant tout, c’est partager avec mon cheval, m’amuser, découvrir pleins de nouvelles sensations, varier le travail… ça ne m’empêche pas de progresser dans chaque discipline, au contraire, je trouve que cette polyvalence ne peut apporter que du bon ! Mais c’est clair que je ne suis pas prête de dérouler St George ou d’enchaîner un parcours à 1m20… Mais finalement, ça me va très bien 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Sympa de connaitre ton parcours et tes expériences 🙂 je ne savais pas tout :p bien triste pour le loulou qui s’est endormit 😦
    Je pratique la même discipline que toi ^^ c’est bien trouvé « tourisme » on fait ce qu’on veut, comme on veut et avec le plaisir ! Que demander de mieux ?! Tant que tout le monde est heureux, c’est le principal 🙂
    Bisous !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :