Oser partager son cheval

Jusqu’à l’achat du Poney Black & White j’ai toujours eu la chance de tomber sur des gens qui m’ont confié aveuglément leurs chevaux. J’en faisais plus ou moins ce que je voulais, les traitant comme s’ils étaient miens (mieux en fait, haha). Leur confiance me touchait.

img_9813Et puis en 2012 je rencontre ma jument et en 2013, elle devient mienne (égoïste power).

Il était plutôt clair pour moi que jamais je ne la prêterais. Éventuellement à mes amies pour dépanner, mais une demi-pension ? Jamais de la vie !

« J’ai pas payé un cheval pour le refiler à d’autre »

« Ils vont bousiller tout le travail que j’aurai fait dessus »

« Mon cheval m’aimera moins »

Avec le recul, je réalise à quel point ces réflexions n’avaient pas lieu d’être. Plus le Poney Black & White avançait dans sa formation, plus j’avais plaisir à donner mon cheval à d’autres personnes pour qu’elles me disent ce qu’elles en pensent. Et puis j’ai commencé à prêter Lola à des enfants pour dépanner ici et là.

Le dépannage est rapidement devenue une habitude. Lors de mes nombreuses absences, j’ai commencé à dire « elle est dispo, faut pas hésiter à la prendre ». Les enfants ont commencé à s’attacher à ce petit cheval si expressif mais ô combien gentil (elle réserve son côté sorcière pour mes fesses).

La vie étant ce qu’elle est, le dépannage est devenu une demi-pension. 2x par semaine. Rien d’énorme. Et bien qu’une année auparavant je n’aurais jamais imaginer partager mon cheval, je réalise maintenant à quel point j’ai plaisir de voir que Lola fait le bonheur d’autres personnes que moi.  Un frère et une soeur la montent régulièrement, ils en sont fous. C’est devenue Lady Blue.

fullsizerender

Elle est sur un piédestal, bonbon à tire la rigot et chouchoutée à souhait (eux la brossent, pas comme moi, la proprio indigne). J’ai régulièrement des échos à quel point ils l’adorent et comme elle est choue avec eux. Et voilà même qu’ils commencent à prendre des cours avec et tout se passe à merveille.

En dehors des avantages connus d’une demi-pension, je découvre cette joie partagée autour d’un même être vivant. Cette petite Lolette qui est mienne depuis plus de 4 ans maintenant reste mienne. Elle est toujours aussi réactive quand je l’appelle (comprenez qu’elle m’ignore clairement si elle est au parc). Avec moi, elle garde ses habitudes de tronchue (Non, tu ne me brideras pas !!!) alors qu’avec les enfants elle se transforme en ange (Attends, je baisse la tête, c’est plus facile pour mettre la bride). Elle sait faire la différence entre moi et les enfants, et cela me convient très bien.

Mais j’avoue que mon enthousiasme à la partager a des limites. J’ai plaisir dans ce cas car les enfants n’attendent rien de Lola. Ils ont plaisir à venir s’en occuper mais n’ont aucune ambition autre que celle de bien la monter et de bien s’en occuper. Les ambitions de compétition, je les garde égoïstement pour moi… ma foi.

img_0735

Un commentaire sur “Oser partager son cheval

  1. J’ai aussi beaucoup de plaisir quand des amies montent Fiona, j’ai également eu quelques pensionnaires et j’ai jamais eu de problèmes importants, toujours une bonne relation avec elles et du travail d’équipe 🙂 par contre Fiona les testait au début comparé à moi haha mais rien de méchant. J’ai également appris à un ami « à monter » qui a été une super expérience, voir un cavalier partir de 0 et évoluer avec sa jument, c’est vraiment sympa et intéressant.

    « J’ai plaisir dans ce cas car les enfants n’attendent rien de Lola » oui, ils ne se posent pas de questions et sont juste heureux du moment présent … c’est ça qui est beaux avec eux 🙂 Fiona a eu l’occasion d’avoir une ou 2 petites cavalières sur son dos, ce qui m’avait « choqué » c’est une photo ou la petite est debout à côté d’elle et que la tête de Fiona faisait la taille de la petite O_o mais elle avait été trop choue. Ils savent 😉 La copine de stabu à Fiona en est un bon exemple aussi.

    « je les garde égoïstement pour moi » tu n’es absolument PAS égoïste. C’est TA jument et c’est toi qui la gère de A à Z, paye TOUT, s’inquiète pour elle, subit son côté sorcière (toi qui le dis :p), toi qui l’a éduquée, qui lui a tout appris et construit au fil du temps une relation de confiance. Toi qui te remets en question tout le temps pour faire au mieux pour elle.

    C’est normal d’avoir peur de confier sa jument a une totale inconnue. J’ai eu quelques pensionnaires en presque 8 ans et c’est pas toujours facile. C’est aussi très frustrant quand elles arrivent à faire un truc avec ta jument que toi t’arrive pas ou qui te fait peur (mais bon sang c’est MA jument) … mais parfois c’est aussi rassurant et motivant 🙂 car si elle, elle peut le faire, pourquoi toi t’y arriverai pas hein ?! De plus il peut y avoir un vrai échange pour avancer au mieux. Ce qui peut en faire une très belle expérience … tout comme dans d’autres cas être une cata.

    Sinon, super article, comme toujours 🙂 Bec bec !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :