Ces pieds qui ne rentrent pas dans le moule

Ah mais c’est logique qu’un beau pied doit répondre à une certaine conformité ! Il faut regarder les angles ! Et puis s’il n’use pas partout pareil, c’est qu’il n’est pas fait pour le pied nu !

Ah bon ? Car toi, petit humain, tu uses tes chaussures de manière équilibrée peut-être ? Jamais tu n’as la cheville qui part à l’intérieur ou tu poses davantage sur l’extérieur de ton pied ? Ah, tu as les pieds plats…. donc ça ne compte pas. Si tu le dis….

Pour les chevaux, c’est un peu pareil. Certains essaient de mettre tous les pieds dans des moules. Il y a les bons pieds nus, ceux qui avec un parage tous les 4 mois s’en sortent (des warriors de mon point de vue). Et pour le reste on ferre, c’est plus facile, plus pratique. Et puis de toute façon, le cheval a de mauvais pieds.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En novembre 2015, je déferrais ma jument. En février-mars 2016, je commence à parer par moi-même, faisant forcément des petites erreurs ici et là, mais je n’hésite pas à demander conseil.

Voilà maintenant donc plus d’une année que je m’occupe des pieds de mon cheval. Et depuis quelques temps, je m’occupe également des pieds d’autres chevaux.

2017-04-05 18.45.12.jpgAlors que je prends les mêmes repères sur tous les pieds (repères propres au pied que je tiens dans la main), je remarque à quel point chaque pied est différent et surtout, réagit différemment.

De manière générale, les antérieurs sont plus difficiles à entretenir. 60% du poids corporel du cheval étant naturellement porté sur l’avant, il va de soit que la moindre erreur peut causer des soucis.

AD_Benjano.jpg

Les postérieurs, quant à eux, s’adaptent et changent vite. Le résultat est rapidement joli et efficace. C’est agréable.

Bien que les repères soient les mêmes, il existe pour chaque pied une forme qui lui est propre. Depuis toujours, les postérieurs de Lola sont en bullnose… Je travaille sur l’avant du pied, j’essaie de détendre la corne. Le soucis est plus ou moins flagrant à l’oeil nul, mais n’est pas dérangeant pour la jument. J’essaie également, depuis longtemps, de lutter contre les talons fuyants de ma jument, talons qui malgré un travail minutieux semblent vouloir rester où ils sont. J’ai certes réussi à redresser un peu le tout, mais globalement, ils restent fuyants. Au début je m’exaspérais : je fais faux, je n’y arrive pas, y a un soucis. Et puis plus le temps passe, plus je me dis qu’en fait, ce n’est peut-être pas mon acharnement le problème, que ce n’est pas un problème du tout en fait. Mon cheval étant très à l’aise sur tous les sols, pourquoi vouloir à tout prix réussir à enfiler ses pieds dans un moule ? De toute façon, il ressemblerait à quoi ce moule ?

Et puis d’abord, comment réussirais-je à faire rentrer un pied de shetland, de DS et de paint horse dans ce même moule ? C’est ridicule…..

Un commentaire sur “Ces pieds qui ne rentrent pas dans le moule

  1. J’ai aussi remarqué la différence entre les postérieurs et les antérieurs de Fiona 🙂
    En effet, chaque cheval est unique ! Joli travail !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :