Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

J’ai enfin pris le temps de lire un article sur la dissymétrie du cheval monté écrit par Pierre Beaupère.

(Et voilà, bientôt elle nous dira qu’elle a mangé une pomme….)

Cet article m’a ouvert les yeux sur quelques points c’est pourquoi je me permets donc de reprendre certains éléments de cet article ainsi que leurs illustrations pour expliquer concrètement ce que cela signifie dans le cas de mon cheval.

Tout d’abord, en résumé : les chevaux, comme tout autre mammifère, sont soit droitiers, soit gauchers. Comme pour les humains, cela implique d’avoir un côté « fort » et un côté « faible ».

Le high/low – l’asymétrie des talons

Que ça sonne bien le high/low. Dire que son cheval est high/low, c’est intéressant, limite en vogue… « Tu regardes comment il broute et tu sauras. Si en plus il a un talon d’antérieur plus haut que l’autre, c’est sûr, il est high low ! ». Mesdames, messieurs : FAUX !

Le high/low est avant tout une atteinte ostéopathique qui se détecte principalement par l’observation de l’axe des aplombs via une vérification de l’orientation des coudes, et puis par la confirmation d’un professionnel maitrisant le high/low.

hi_lo1

L’observation des pieds ne suffit pas à déterminer si un cheval high/low ou non et ceci tout simplement car il existe une asymétrie naturelle entre les antérieurs venant justement du fait que le cheval est gaucher ou droitier. Le cheval aura tendance en broutant, à avancer d’abord son côté « fort », impliquant une usure en talon plus importante pour cet antérieur, puis son côté « faible », impliquant ici une usure plus importante en pince. L’asymétrie légère observée des pieds n’indique donc pas forcément une pathologie ostéopathique mais tout simplement que, tout comme nous, le cheval est droitier ou gaucher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJe batoye depuis des mois avec les pieds de mon cheval car l’antérieur droit a les talons plus bas que l’antérieur gauche (je parle là de quelques millimètres, rien de choquant). Après avoir vérifié l’axe des aplombs, il semblait plus logique que la jument soit juste parée de manière asymétrique (étant moi-même droitière, il m’est plus difficile de parer son pied droit). C’est du moins l’explication que je m’étais donnée pour expliquer ces talons qui malgré toutes les attentions, ne veulent pas évoluer.

Donc tant que l’équilibre locomoteur parfait n’est pas atteint, inutile d’espérer une symétrie au niveau des pieds. Même en forçant, ils reviendront à la situation de base. C’est plus haut que le soucis se règle.

La flexion

« Ton cheval se plie plus facilement à gauche, il est donc gaucher ».

Cette phrase, je l’ai entendu et volontiers cru. Sans réfléchir plus loin, il semblait logique que le côté facile soit le côté « fort » du cheval : FAUX !

En réalité, le cheval ayant tendance à avancer son antérieur « fort » aura également tendance à allonger son côté fort, impliquant une élongation des muscles du côté fort et un raccourcissement des muscles du côté faible. Il est donc normal pour le cheval de se plier plus facilement du côté où il est plus court étant donné qu’un pli du côté long implique de tirer sur le côté court induisant une tension désagréable pour le cheval qui, selon son niveau de travail, va se défendre.

Pour ma part, j’ai été empêchée par l’utilisation du hackamore de vouloir corriger le soucis d’un manque de flexibilité de mon cheval par des rênes d’ouverture. J’ai donc cherché une autre façon de le faire. Une année et demi plus tard, ma jument ayant pris du muscle et de l’équilibre naturelle, et l’ayant travaillé autour de mes jambes plutôt qu’au niveau de la bouche (forcément, hack oblige), j’arrive maintenant à la plier plus ou moins selon mon souhait des deux côtés. Gauche restant plus facile. Et pour être honnête, je n’arriverais même pas à vous dire comment je suis passée de cheval rigide incapable de flexion à petit poney tout souple…

Sur conseil de plusieurs personnes j’avais fait venir des ostéopathes pour débloquer le côté difficile afin de pouvoir travailler « mieux », plus facilement après. La différence n’a pas toujours été au rendez-vous… quel mauvais ostéo…. (*ironie*)

Le galop

« Non mais jte jure, y a un côté, quand Lola galope, j’arrive juste pas à tenir tellement c’est désagréable, ça me fait bouger la jambe » – encore maintenant, je sens la différence !!! Et non, je ne suis pas folle.

La dissymétrie de ma jument était telle qu’au carré, elle galopait facilement à gauche, mais pas à droite. Déjà qu’il était impossible de la plier, autant vous dire que « tu lui mets le bout du nez à droite et tu demandes un départ », c’était me demander autant d’effort que de me lancer dans une figure de voltige cosaque.

Mais pourquoi en balade elle galope presque toujours à droite et pas au carré ?

Et pourquoi les rares fois où j’arrive à la faire partir à droite au carré, impossible de faire une grande volte, elle tombe direct en mode moto de course sur un circuit ? Sans parler de son bout du nez qui aime aller cueillir des fraises vers la gauche… Et puis en fait même suivre la piste est laborieux.

Là aussi, Pierre Beaupère nous explique que l’asymétrie naturelle du cheval joue un rôle fondamental (je vous laisse lire son article pour tout le détail).

Avant de régler les soucis d’asymétrie, il faut obtenir l’équilibre. Ma grande chance a été que Lola s’est musclée et équilibrée « toute seule », en quelque sorte. La balade ayant aidé. Et les exercices au pas…. beaucoup de pas (de toute façon au trot assis je ne tiens pas deux secondes en selle #poneytapecul).

Voilà 2 ans que j’ai commencé à monter Lola. Pour moi, elle a toujours été gauchère, vu qu’elle a de la facilité à gauche (avant la lecture de cet article, je vous aurais même mis un petit CQFD, mais non… y a pas de CQFD qui tienne)

L’article de Pierre Beaupère m’a permis de réaliser que ma jument est en réalité une pure droitière, comme moi. L’asymétrie des pieds, les difficultés rencontrées à la monte, sa rigidité attribuée à des blocages… tant de petits indices qui, en raison de mon ignorance de ce que signifie réellement gaucher/droitier chez un cheval, sont passés inaperçus.

Il n’y a pas à dire, quand c’est facile avec un cheval, c’est forcément louche… j’aurais du m’en douter !

Les schémas proviennent tous de l’article original !

5 commentaires sur “Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

  1. Bon bah je vais filer lire l’article de pierre baupère ! Pour moi aussi au carré mon cheval a beaucoup plus de facilité à gauche, les départs au galop à droite sont plutôt chaotique (il part souvent à faux d’ailleurs), mais par contre en balade et s’il est en liberté il préfère se mettre au galop à droite.

    J'aime

  2. Je suis contente de lire le témoignage d’une cavalière qui a le même problème que moi avec ma jument! J’ai une petite pur sang arabe qui est droitière et couchée comme une mobylette au galop à droite à tel point que je vois ses 2 antérieurs coté gauche… Mais en plus, je dois gérer l’émotivité et la vitesse car pour elle galoper c’est forcément à fond la caisse ce qui n’est pas toujours évident! Du coup je galope très peu dans le manège ou la carrière, on travaille beaucoup au pas et au trot les assouplissements.
    Je la galope seulement quand elle est très calme et que je la sens bien ou alors en balade (mais là aussi faut constamment gérer la vitesse).
    J’ai également lu le livre de Pierre Beaupère et j’essaie de travailler sur sa dissymétrie, mais seule, je ne suis jamais sure d’avoir les bons ressentis et en plus je la monte en licol étho!
    Bref, si tu as des astuces ou exercices qui t’ont aidé avec ta jument je suis preneuse car à part épaule en dedans, contre épaule en dedans sur la piste et sur le cercle, je ne sais plus trop quoi faire!
    En tous cas merci pour cet article!

    J'aime

    • Alors pour être honnête, à part le travail sur 2 pistes, je vois pas trop. Comme je l’ai dit, j’ai eu une immense chance car ma jument s’est équilibrée en promenade. Le saut d’obstacle a aussi aidé car du coup on a travaillé le changement de pied sur l’obstacle. Continue à travailler sur 2 pistes en tout cas. Je le fais régulièrement au pas et au trot et je pense que ça aide beaucoup plus qu’on ne le croit !

      J'aime

  3. Ping : De belles quenottes pour un beau poney | Le poney Black & White

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :