Impression-pad : 2ème round

Bon, après des mois, voire des années de retard, j’ai réitéré l’essai de l’impression-pad. Pour rappel, il s’agit d’un tapis de selle fait à base de pâte à sel qui a pour but de montrer les points de pression d’une selle. Mon 1er essai n’avait pas du tout été concluant.

Après avoir fait la pâte puis mise tant bien que mal dans des sacs plastiques, je m’en suis  allée gaiement à l’écurie pour tester non seulement ma fabrication, mais également une selle que j’ai en prêt. Déplacer le pad jusqu’à l’écurie tout en le gardant beau plat et régulier, voilà une odyssée qui mériterait son propre article, mais là n’est pas le sujet.

 

 

Le test

La selle testée est une selle mixte Tattini de 7 ans, 17.5″ pouces qui convient à une jument FMxDS d’environ 1m65, assez fine. Il y a un peu plus d’une année, il avait été déclaré par une professionnelle que cette selle était un peu trop grande pour Lola mais qu’elle pouvait convenir à défaut de mieux. Maintenant je reprends cette selle pour tester le pad. Lorsque je monte et fais transpirer Lola avec cette selle, j’observe une marque sèche qui s’étend sur toute la surface de contact de la selle. On peut dessiner la forme des matelassures de la selle (bon ça c’est presque toujours le cas avec Lola).

Me concernant, je me sens droite avec cette selle (avec beaucoup de selles anglaises je penche à droite, asymétrie personnelle oblige, et je tente tant bien que mal de recentrer la selle)

Pour préparer ma jument, je pose le pad à même le dos de ma jument puis la selle dessus. Alors déjà là, la jument trop curieuse n’a pas tant voulu coopérer. Elle s’est tortillée dans tous les sens pour sentir ce truc qui devait empester la farine et le sel pour elle. Après négociation (Lola !!! fais pas ch*** !!!), je réussis à installer le pad à plat et à poser la selle dessus.

 

 

 

J’escalade sur le dos de ma fidèle jument à l’aide d’un montoir le plus haut possible pour ne pas causer un appui préalable et je monte pendant environ 20 min, une petite détente aux 3 allures. Le pad frotte sur le dos et ma jument me fait bien comprendre que ce n’est pas agréable (petit cabri de mon coeur). Je ne prolonge donc pas inutilement l’exercice. Les 3 allures des 2 côtés et c’est bon. De toute façon, le but est de voir la pression et ceci se voit assez vite normalement.

Une fois descendue, je fais le tour de ma selle et je regarde comment la pâte s’est répartie autour de la selle. Ma jument ayant fait le cabri pour me montrer que ce n’était pas confortable, la selle a beaucoup avancé.

 

 

Déjà là, je note que la pâte a été poussée de dessous la selle. J’enlève la selle et j’observe donc la répartition exacte de la pâte.

 

 

En regardant la répartition de la marque de la selle, cela correspond exactement avec la zone sèche de transpiration qui s’étend sur tout le dessous de la selle. La selle pose bien sur le dos et ne fait pas de pont, par contre il semblerait que l’angle des matelassures ne correspondent pas suffisamment avec l’angle du dos du cheval ce qui fait que les bords extérieurs qui touchent appuient davantage (photo du bas, à droite, marques où l’on voit à travers avant les boudins de pâte). Cette pression est également confirmée par la photo qui montre l’arrière de la selle sur le dos du cheval.

Là où je suis étonnée, c’est que je pensais que ma selle plongeait davantage en avant et appuyait davantage juste après les omoplates. Il semblerait que ce ne soit pas l’appui le plus fort d’après le pad. Après, vu que la selle a beaucoup avancé, difficile de juger.

Point positif pour le pad, il reste en place ! Les tapis de selle ont tendance à reculer si je ne les fixe pas à la selle, et là, il est resté sagement en place pour prendre les zones d’appui. Bon point !

Mon avis sur ce pad

J’ai galéré pour faire la pâte, la mettre dans les sachets, faire quelque chose de correct. Cette fois, la pâte avait une bonne consistance, j’étais contente.

En fait, je ne sais que penser de ce test. Oui je vois que la pâte a bougé, mais elle a bougé de partout sous la selle et de façon plus ou moins homogène. Est-ce que cette selle appuie de partout ? Je crois que j’aurais été plus inquiète si je m’étais retrouvée face à des trous bien précis plutôt qu’à un vide aussi homogène. Dans l’idéal, il faudrait tester le pad avec un cheval et une selle qui vient d’être adaptée pour lui afin de voir si la répartition de la pâte se fait de la même manière.

Pour un deuxième essai, c’est l’enfer. La pâte est difficile à remettre à plat malgré mon rouleau à pâte magique (comprenez : moi qui m’acharne comme une débile avec un vieux rouleau en bois qui a connu des jours meilleurs à quatre pattes à l’écurie).

Donc voilà, pour ma part je vais arrêter ce test à ce stade. Je pense que si vous avez un petit doute, ce pad peut servir avant d’appeler le sellier. Il peut guider pour l’achat d’un amortisseur éventuellement mais en aucun cas il ne remplace l’avis d’un bon professionnel.

Et n’oubliez pas non plus que le cavalier est également une grande source de pression sur le dos du cheval ! La selle la plus adaptée du monde ne servira à rien si vous n’êtes pas centré.

2017-11-07 16.41.35
Mets-toi au jardinage Mami, c’est moins frustrant que de me trouver une selle !

Un commentaire sur “Impression-pad : 2ème round

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :