La graisse à sabot, une fausse bonne idée

DSC_0013Lorsque j’étais plus jeune, j’ai appris qu’il était nécessaire de graisser régulièrement (min. 1x par semaine) les pieds de nos chers compagnons. Des graisses à sabot, il en existe sous tous les formats, toutes les couleurs, tous les arômes (tous les goûts).

La réalité est un peu autre que ce qu’on m’a enseigné. L’hydratation d’un pied  (qu’il soit ferré ou non), se fait avec de l’eau et non de la graisse, ni de l’huile.

En fait, la graisse va former une fine pellicule sur la surface du sabot, rendant ce dernier imperméable à tout échange aqueux avec son environnement. C’est comme mettre une crème grasse sur notre peau : on se retrouve juste avec la peau grasse pendant des heures mais pas de réelle hydratation. Cette dernière se fait uniquement avec de l’eau par capillarité.

En fait, la graisse à sabot nous donne l’impression d’hydrater le pied alors qu’il le ramollit. La graisse empêche non seulement l’eau d’entrer mais également l’eau de s’évaporer. L’eau reste enfermée dans le pied et le pied se ramollit nous donnant ainsi une fausse impression d’hydratation.

Souvent, on applique de la graisse pour éviter le sabot de se fendre car trop sec d’après les dires. Ce n’est pas lié à la sécheresse du sabot mais plutôt à son parage/ferrage. Un pied trop long et mal entretenu aura tendance à se fissurer sous la pression exercée par le pied lors du mouvement. Ramollir le pied peut effectivement être une solution à court terme mais ça ne soigne qu’un symptôme et pas le problème de base.

En réalité, contrairement à ce que beaucoup croient, un pied sec est un pied sain et fort.

seau-pied-bain-cheval.jpgLa réelle hydratation se fait avec de l’eau, comme évoqué plus eau. Elle se fait avec la rosée du matin, le passage dans l’eau, la neige, etc… Tout cheval pouvant sortir dans un environnement extérieur naturel va pouvoir profiter de ces échanges au niveau des pieds. Il ne faut pas croire que des litres et des litres s’échangent. On parle là de mm.

Si toutefois les pieds de vos chevaux vous semblent trop secs, préconisez plutôt de laisser tremper les sabots pendant une dizaine de minutes dans un bain d’eau. C’est le meilleur soin hydratant qu’on puisse prodiguer à un sabot.

Et surtout ne pas oublier que la plupart des problèmes qui apparaissent au niveau des pieds sont l’expression d’un problème interne.

21 commentaires sur “La graisse à sabot, une fausse bonne idée

  1. totalement d’accord !! je suis en train de me « sevrer » de mon envie de graisser depuis quelques semaines, mon dieu mais quelle tortionnaire !! quelle négligence envers les pieds de mon gros qui … n’ont pas bougé d’un pouce … ok

    J'aime

  2. 1 an que je n’ai pas graissé, et les pieds de ma louloute sont en pleine forme ! 😀 l’hydratation du pied se fait par l’intérieur, par l’alimentation et l’hydratation du cheval lui-même 🙂

    J'aime

  3. Je pense aussi qu’un sabot sain passe par une bonne alimentation et une bonne santé du cheval. La graisse n’est pas un produit miracle.
    Cependant, je continue de graisser régulièrement, notamment en hiver, afin de protéger le pied de l’eau et éviter que les sabots ne soient gorgés d’eau (avant le travail dans la carrière humide, avant la douche,…)

    J'aime

      • Peut-être que je me suis mal exprimée.
        J’estime que la graisse n’est pas un produit miraculeux. Si un cheval n’est pas bien nourri,… ce n’est pas parce qu’on met de la graisse que le sabot va être top.
        Par contre, la graisse peut être une aide pour avoir un sabot sain sur un cheval qui n’a pas de carences, etc… Par exemple, en évitant que l’eau ne pénètre trop dans la corne.
        C’est comme pour nous. Pour avoir de beaux ongles, il faut une bonne hygiène de vie mais ça n’empêche pas de mettre du durcisseur ou autre pour donner un petit coup de pouce.
        J’espère avoir été plus claire.

        J'aime

  4. Très bon article nous nous ne grzissons que lorsqu’il y a des sécheresses (temps très très sec) donc environs 2 mois par ans et seulement une fois par semaine

    J'aime

  5. Non, c’est le contraire. … L’eau la boue des pacages enlèves le gras naturelle des sabots, quand vous avec les lèvres gercé vous appliquer de l’eau pour les soulager? Je suis complètement contre cette article. J’ai prouvé exactement le contraire dernièrement et avec ce qui se passe au Québec.

    J'aime

    • Vous n’allez peut-être pas appliquer de l’eau directement sur vos lèvres mais il vous faudra en boire en grande quantité pour vous réhydrater de l’intérieur donc le principe reste le même 😉
      Je serais curieuse de voir comment vous avez « prouvé » vos propos parce que, personnellement, c’est plutôt votre théorie qui ne me convainc pas trop. À priori, les chevaux vivant dans la nature ont toujours trouvé des ressources naturelles pour maintenir leurs sabots en bon état, et ces ressources incluent, l’eau, la rosée, les marécages, la boue, etc.

      Aimé par 1 personne

      • J’ai souvent fait des test avec mes chevaux. Pas de trime… comme les chevaux sauvage. Certain m’ont dit que c’était impossible. J’ai prouvé le contraire. J’ai aussi été dans divers écurie avec des terrains variée. … des pacages entretenue de façon différente. … en 15 jours un de mes chevaux qui était dans un pacage trop humide son sabot avant commencé à fendre. Comme je connaissais le phénomène, je l’ai tout de suite sorti de là, on a fait rajouter du nouveau sable, asséché le pacage et le problème n’est pas revenue.

        ça fait 36 ans que je suis dans les chevaux des modes et des façons de faire j’en ai vue passé. mais une chose que je suis sûre. La boue et l’eau d’une façon continuelle. Ça enlève le gras naturelle du sabot du cheval. Et bon j’ai même un autre cas en tête. Un cheval dans les talons était fendu à cause de la boue sans fin. … lui aussi il a du être soigné. On apprend de nos erreurs. On essaie juste que ça ne se répète pas. Au lieu d’accuser les forgerons. … accusé le sol des pacages.

        J'aime

      • D’accord je comprends mieux votre raisonnement, mais le problème est que vous-même ne semblez pas vraiment comprendre l’objectif de l’article.
        Il est clair que le lieu de détention ainsi que la qualité des terrains sont absolument primordiales pour la bonne conservation des sabots et qu’un cheval qui passe sa vie dans la boue risque d’avoir des gros problèmes dûs au surplus d’humidité. Mais dans le cas de cet article, on ne parle que de la graisse à sabot qui peut (ou devrait) tout à fait être remplacée par l’eau qui assurera une meilleure hydratation. En effet, on conseille de mouiller les sabots secs plutôt que de les badigeonner de graisse qui n’apportera malheureusement pas une grande hydratation.
        Vous ne pouvez aucunement comparer 15 minutes de douche ou de bains de sabots dans de l’eau claire à 15 jours passés les sabots dans la boue!
        Donc, pour résumer la portée de l’article, tout propriétaire devrait pouvoir se passer de graisse à sabots tant qu’il assure un bon entretien du pied (parage/ferrage) et des pâtures dans lesquelles le cheval aura accès aussi bien à des terrains secs que des terrains plus mous et humides.

        Aimé par 1 personne

  6. J’ai vécu 2 ans au Canada. Les chevaux étaient au paddock en journée de 9h à 17h, été comme hiver, et travaillaient le soir avec leur propriétaire. Un jour je demande où est la graisse à pied… Et bien nul par parce qu’ils n’en mettent jamais 😁😁 ils mettent du vernis pour faire beau en concours mais malgré les pieds dans la boue, dans la neige ou sur un sol très sec, les pieds sont ferrés et impeccables ! Comme quoi, on dépense beaucoup en produis et on fait beaucoup sans questionner, moi la 1ère jusqu’au Canada en ce qui concerne les pieds 😁😁

    J'aime

  7. Mon cheval a fait du concours pendant 14ans a un certain niveau. Il avait les pieds graissés tout les jours : ils étaient très sensibles sur sol dur ou caillouteux, après chaque ferrure il marchait sur des œufs pendant 2 jours….
    Je l’ai récupéré pour sa « retraite » il y a 3ans et depuis il n’a pas vu un pot de graisse! Il n’a jamais été aussi à l’aise dans ses pieds et en plus il n’a plus de fer!laissons faire la nature! A l’état sauvage il n’y a pas de graisse à pied!

    J'aime

    • si la seime commence d’en bas les pieds sont trop longs, si ça vient de la couronne c’est que les pieds subissent des compressions (mauvais ferrage), suite à un choc ou un accident

      Aimé par 1 personne

  8. Vous voulez tous avoir raison et donner des règles infaillibles , chacun semble mieux savoir que l’autre …Pour ma part , avec la meme alimentation , le meme milieu de vie , le meme entretien des pieds, le meme parage ou ferrure , j’ai des résultats différents avec quelques (rares )débuts de seimes ,certains avec pieds fendillés ou pas , mauvaise et bonne corne , bref d’un extreme a l’autre .C’est pourquoi j’ai bien de la peine pour sortir des raisonnements aussi surs et « imparables » et prévisibles comme vous faites

    Aimé par 1 personne

  9. Ping : Enquête : Choix de l’équipement – Lib-Equus

  10. Je pense surtout qu’il ne faut pas oublier que la graisse est une « aide » et il y a des tas de choses à prendre en compte pour s’assurer de la santé des sabots du cheval : sa nourriture, son lieu de vie, etc.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :