La graisse à sabot, une fausse bonne idée

DSC_0013Lorsque j’étais plus jeune, j’ai appris qu’il était nécessaire de graisser régulièrement (min. 1x par semaine) les pieds de nos chers compagnons. Des graisses à sabot, il en existe sous tous les formats, toutes les couleurs, tous les arômes (tous les goûts).

La réalité est un peu autre que ce qu’on m’a enseigné. L’hydratation d’un pied  (qu’il soit ferré ou non), se fait avec de l’eau et non de la graisse, ni de l’huile.

En fait, la graisse va former une fine pellicule sur la surface du sabot, rendant ce dernier imperméable à tout échange aqueux avec son environnement. C’est comme mettre une crème grasse sur notre peau : on se retrouve juste avec la peau grasse pendant des heures mais pas de réelle hydratation. Cette dernière se fait uniquement avec de l’eau par Continuer la lecture de La graisse à sabot, une fausse bonne idée

Publicités

Economie et sensibilité du pied nu

Avoir un cheval pied nu n’est pas tous les jours facile. Pour ma part, j’ai de la chance, après 2 ans de pied nu, Lola est définitivement un 4×4 et de mon côté j’ai pris suffisamment de bouteille niveau parage pour savoir ce qui lui convient et ce que je dois éviter, mais surtout, je sais reconnaitre ses réactions !

Il arrive que sur certains chemins, elle refuse de galoper ou marche bizarrement. Alors que les regards extérieurs y voient de la sensibilité et donc de la douleur, il en est bien souvent tout autre pour les chevaux pieds nus habitués et parés correctement.

Le pied nu offre aux chevaux une perception des sols qui est complète et bien différente. du pied ferré. Le pied nu, de par sa souplesse naturelle, offre un amorti et une stabilité bien supérieurs à ce que peut offrir n’importe quelle structure métallique apposée sous le pied, mais cela implique également une lecture du sol et donc un évitement des zones délicates.

Concrètement, les pieds du cheval servent à son interaction avec l’environnement. Les pieds sont formés d’une enveloppe de kératine pour protéger les structures internes où se trouvent également des récepteurs sensitifs qui lui permettent d’analyser la surface du sol. Ces récepteurs permettent au corps du cheval de déclencher les réflexes neuromusculaires du mouvement. Ces récepteurs sont des thermorécepteurs (température), des nocirécepteurs (douleur) ainsi que des mécanorécepteurs (mouvement mécanique) (Floyd & Mansmann, 2007). Ainsi, le pied du cheval n’est pas juste une grosse boite rigide, il s’agit d’un organe vivant et sensible capable d’analyser ce qui l’entoure et d’y répondre spontanément.

Cette sensibilité naturelle permet au cheval de choisir ses chemins mais surtout de s’économiser ! Ainsi, un cheval qui refuse de galoper lorsque le terrain devient un peu délicat ne le fera pas forcément car il a mal, mais tout simplement car, comme un coureur qui modifie sa foulée selon le sol, il s’économise et souhaite éviter les blessures. Le cheval est donc tout à fait capable d’adapter son allure au terrain de son propre chef. Continuer la lecture de Economie et sensibilité du pied nu

Estomac du cheval : il vaut mieux que la bouteille soit remplie d’eau

Il y a peu, j’ai eu la grande chance de pouvoir participer à un petit stage sur le bien-être alimentaire équin donné par Sabrina Peyrille (https://www.sabrina-peyrille-seve.com/) une ingénieur en alimentation équine.

Le cours était très intéressant et m’a fait comprendre beaucoup de choses concernant certains chevaux que je côtoie ou que j’ai pu côtoyer.

Dans cet article, je souhaiterais juste reprendre une partie du cours avec l’exemple utilisé car je trouvais que c’était très parlant et très intéressant, il s’agit de l’estomac et de son contenu.

88012043_o Continuer la lecture de Estomac du cheval : il vaut mieux que la bouteille soit remplie d’eau

Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

J’ai enfin pris le temps de lire un article sur la dissymétrie du cheval monté écrit par Pierre Beaupère.

(Et voilà, bientôt elle nous dira qu’elle a mangé une pomme….)

Cet article m’a ouvert les yeux sur quelques points c’est pourquoi je me permets donc de reprendre certains éléments de cet article ainsi que leurs illustrations pour expliquer concrètement ce que cela signifie dans le cas de mon cheval.

Tout d’abord, en résumé : les chevaux, comme tout autre mammifère, sont soit droitiers, soit gauchers. Comme pour les humains, cela implique d’avoir un côté « fort » et un côté « faible ».

Le high/low – l’asymétrie des talons

Que ça sonne bien le high/low. Dire que son cheval est high/low, c’est intéressant, limite en vogue… « Tu regardes comment il broute et tu sauras. Si en plus il a un talon d’antérieur plus haut que l’autre, c’est sûr, il est high low ! ». Mesdames, messieurs : FAUX !

Le high/low est avant tout une atteinte ostéopathique qui Continuer la lecture de Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

Notre nouvelle ennemie s’appelle Hippobosca

Cette année, le printemps est apparu rapidement. Les pollens ont, semblerait-il, une à deux semaines d’avance sur l’année précédente. Il fait chaud depuis des semaines et aujourd’hui enfin la pluie revient.

C’est ainsi que j’ai pu faire connaissance avec Hippobosca d’une manière tout sauf charmante :

2017-04-15 07.52.36Un jour, alors que je brossais ma jument à fond (c’est bien trop rare, j’avoue), je me rends compte qu’elle a énormément de croutes sous le ventre, près des tétines, la peau est enfle et même qu’à de nombreux endroits, ça saigne. Je nettoie, désinfecte au savon Lubex, et je mets de la Bepanthen dessus. Les jours passent, mais la situation n’évolue pas. Les plaies et les croutes semblent gagner du terrain. Je décide de passer au miel, mais là aussi, aucune différence. Régulièrement, je note la présence de troupeaux entiers de mouches noires/brunes, lentes, qui n’acceptent que difficilement Continuer la lecture de Notre nouvelle ennemie s’appelle Hippobosca

Un royaume pour mon cheval : Le poney black&white en boxe

Cet article fait suite à un autre article que j’ai découvert ce matin sur le net et auquel je me dois de réagir.

DSC_0548Vous l’aurez sans nul doute compris, je suis la première à vouloir retourner au naturel côté chevaux: pas de fer, pas de mors, copro avant vermifuge, soins naturels pour les petits bobos, etc…  Et pourtant, il y a une chose qui peut étonner mais qui est un fait avéré : mon cheval est en boxe une partie de ces journées.

En septembre 2015, je décide de prendre ma jument dans la pension la plus proche de chez moi. Seul hic : ma jument sera en boxe une partie de la journée (elle a toujours été en stabu). Dans cette pension, ils sortent au pré toute la journée en hiver et toute la nuit ainsi qu’une partie de la journée en été. Au début, ma jument sortait seule au parc : faute au fait que tous les chevaux avec qui nous essayions de la mettre Continuer la lecture de Un royaume pour mon cheval : Le poney black&white en boxe

Des fers qui amortissent ?

2016-10-27 10.31.22.jpg

Lors de mon escapade à Equita’Lyon, je suis tombée sur des fers à cheval 2.0 (si on peut les appeler ainsi). Il s’agit de fers qui ont, sur la surface côté sol, une sorte de gomme qui aurait pour rôle d’amortir et ainsi rendre l’impact du fer moins important dans la locomotion équine.

Il s’agit de la marque de fer Footall.

Le principe est intéressant dans le sens qu’il y a une réflexion sur les limites du fer par rapport au pied équin. On essaie de faire avancer le domaine de la maréchalerie sans pour autant pousser les gens au pied nu.

Les quelques témoignages que j’ai pu rencontrer sur internet ne sont toutefois pas convainquants Continuer la lecture de Des fers qui amortissent ?

L’accrochement de rotule – impressionnant mais sans gravité

Le Poney Black & White dans toute sa normalité inexistante me sort parfois des variantes assez sympas.

Celle dont je souhaite vous parler est l’accrochement de la rotule. Un petit problème sans gravité mais très embêtant pour le cheval (et pour le proprio qui risque de paniquer s’il ne sait pas ce dont il s’agit).

membrepost.jpgD’abord, petite leçon d’anatomie : la rotule se situe aux postérieurs, derrière ce qu’on appelle communément le grasset vu de l’extérieur. La rotule est un petit os au bout du fémur.

En temps normal, ça fonctionne.

En variante, il existe l’accrochement de la rotule. Ce petit os se bloque contre le fémur.

Le symptôme principal c’est la jambe tendue, impossible à plier.

Bien que ce ne soit pas douloureux, les crampes qui peuvent en résulter si Continuer la lecture de L’accrochement de rotule – impressionnant mais sans gravité

Megasus Horserunners – un succès avant même d’exister !

megasus-horserunners-rossini-testpferd_1.jpgIls l’ont fait !

A la fin de cet été, je vous présentais une innovation dans le monde de l’habille-papattes : les megasus horserunners

Il y a déjà plusieurs années que toute l’équipe de Megasus cherche à améliorer le monde du cheval. D’abord, ils se sont lancés dans une nouvelle forme de fers à cheval, les easywalker. Des « fers » composés d’un plastique rigide qui offraient davantage de flexibilité aux pieds des chevaux et une stimulation proche de celle des pieds nus. 1569047_sm.jpgEt puis cela ne leur suffit plus et ils se lancèrent dans la création d’une sandale qui s’attache tout simplement au pied du cheval à l’aide d’un système de velcro particulier. Plus de permanence, plus de clous.

Il y a environ 1 semaine, l’équipe de megasus lançait sa récolte de fonds sur Kickstarter ! En quelques jours seulement, les investisseurs se sont montrés nombreux et généreux. En effet, grâce à des gens comme vous et moi, les créateurs des mégasus ont réussi à récolter la modique somme de 100’000€, somme minimale nécessaire à la naissance de leur produit sur le marché. Mais la collecte ne se terminera que début novembre, donc à tous ceux qui souhaitent profiter de pré-commander leur produit à un prix réduit de moitié, n’hésitez pas à vous lancer (et découvrez vous une âme de testeur de ouf en 2017 !!) Continuer la lecture de Megasus Horserunners – un succès avant même d’exister !

Les yeux bleus c’est « risqué » – mythe ou réalité scientifique ?

cropped-cropped-dsc_0002.jpg

Lors de l’acquisition du Poney Black and White, j’ai eu plusieurs fois droit à l’avertissement de bien surveiller ses yeux bleus qui « risquent de poser problème ! ».

Voilà maintenant presque 4 ans que je connais mon poney, et 3,5 ans que je le côtoie au quotidien (ou presque). Jusqu’à aujourd’hui, je ne recense qu’un seul coup de soleil (cet été ) et l’oeil droit (celui entouré que de blanc) qui coule lorsqu’il y a la bise. Je touche du bois.

Mais est-ce que j’ai vraiment une raison de toucher du bois ou bien est-ce que cette histoire de yeux bleus problématiques est un mythe ? Je me suis penchée sur la question pour le découvrir. Continuer la lecture de Les yeux bleus c’est « risqué » – mythe ou réalité scientifique ?