La graisse à sabot, une fausse bonne idée

DSC_0013Lorsque j’étais plus jeune, j’ai appris qu’il était nécessaire de graisser régulièrement (min. 1x par semaine) les pieds de nos chers compagnons. Des graisses à sabot, il en existe sous tous les formats, toutes les couleurs, tous les arômes (tous les goûts).

La réalité est un peu autre que ce qu’on m’a enseigné. L’hydratation d’un pied  (qu’il soit ferré ou non), se fait avec de l’eau et non de la graisse, ni de l’huile.

En fait, la graisse va former une fine pellicule sur la surface du sabot, rendant ce dernier imperméable à tout échange aqueux avec son environnement. C’est comme mettre une crème grasse sur notre peau : on se retrouve juste avec la peau grasse pendant des heures mais pas de réelle hydratation. Cette dernière se fait uniquement avec de l’eau par Continuer la lecture de La graisse à sabot, une fausse bonne idée

Publicités

Economie et sensibilité du pied nu

Avoir un cheval pied nu n’est pas tous les jours facile. Pour ma part, j’ai de la chance, après 2 ans de pied nu, Lola est définitivement un 4×4 et de mon côté j’ai pris suffisamment de bouteille niveau parage pour savoir ce qui lui convient et ce que je dois éviter, mais surtout, je sais reconnaitre ses réactions !

Il arrive que sur certains chemins, elle refuse de galoper ou marche bizarrement. Alors que les regards extérieurs y voient de la sensibilité et donc de la douleur, il en est bien souvent tout autre pour les chevaux pieds nus habitués et parés correctement.

Le pied nu offre aux chevaux une perception des sols qui est complète et bien différente. du pied ferré. Le pied nu, de par sa souplesse naturelle, offre un amorti et une stabilité bien supérieurs à ce que peut offrir n’importe quelle structure métallique apposée sous le pied, mais cela implique également une lecture du sol et donc un évitement des zones délicates.

Concrètement, les pieds du cheval servent à son interaction avec l’environnement. Les pieds sont formés d’une enveloppe de kératine pour protéger les structures internes où se trouvent également des récepteurs sensitifs qui lui permettent d’analyser la surface du sol. Ces récepteurs permettent au corps du cheval de déclencher les réflexes neuromusculaires du mouvement. Ces récepteurs sont des thermorécepteurs (température), des nocirécepteurs (douleur) ainsi que des mécanorécepteurs (mouvement mécanique) (Floyd & Mansmann, 2007). Ainsi, le pied du cheval n’est pas juste une grosse boite rigide, il s’agit d’un organe vivant et sensible capable d’analyser ce qui l’entoure et d’y répondre spontanément.

Cette sensibilité naturelle permet au cheval de choisir ses chemins mais surtout de s’économiser ! Ainsi, un cheval qui refuse de galoper lorsque le terrain devient un peu délicat ne le fera pas forcément car il a mal, mais tout simplement car, comme un coureur qui modifie sa foulée selon le sol, il s’économise et souhaite éviter les blessures. Le cheval est donc tout à fait capable d’adapter son allure au terrain de son propre chef. Continuer la lecture de Economie et sensibilité du pied nu

Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

J’ai enfin pris le temps de lire un article sur la dissymétrie du cheval monté écrit par Pierre Beaupère.

(Et voilà, bientôt elle nous dira qu’elle a mangé une pomme….)

Cet article m’a ouvert les yeux sur quelques points c’est pourquoi je me permets donc de reprendre certains éléments de cet article ainsi que leurs illustrations pour expliquer concrètement ce que cela signifie dans le cas de mon cheval.

Tout d’abord, en résumé : les chevaux, comme tout autre mammifère, sont soit droitiers, soit gauchers. Comme pour les humains, cela implique d’avoir un côté « fort » et un côté « faible ».

Le high/low – l’asymétrie des talons

Que ça sonne bien le high/low. Dire que son cheval est high/low, c’est intéressant, limite en vogue… « Tu regardes comment il broute et tu sauras. Si en plus il a un talon d’antérieur plus haut que l’autre, c’est sûr, il est high low ! ». Mesdames, messieurs : FAUX !

Le high/low est avant tout une atteinte ostéopathique qui Continuer la lecture de Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

Notre nouvelle ennemie s’appelle Hippobosca

Cette année, le printemps est apparu rapidement. Les pollens ont, semblerait-il, une à deux semaines d’avance sur l’année précédente. Il fait chaud depuis des semaines et aujourd’hui enfin la pluie revient.

C’est ainsi que j’ai pu faire connaissance avec Hippobosca d’une manière tout sauf charmante :

2017-04-15 07.52.36Un jour, alors que je brossais ma jument à fond (c’est bien trop rare, j’avoue), je me rends compte qu’elle a énormément de croutes sous le ventre, près des tétines, la peau est enfle et même qu’à de nombreux endroits, ça saigne. Je nettoie, désinfecte au savon Lubex, et je mets de la Bepanthen dessus. Les jours passent, mais la situation n’évolue pas. Les plaies et les croutes semblent gagner du terrain. Je décide de passer au miel, mais là aussi, aucune différence. Régulièrement, je note la présence de troupeaux entiers de mouches noires/brunes, lentes, qui n’acceptent que difficilement Continuer la lecture de Notre nouvelle ennemie s’appelle Hippobosca

Des fers qui amortissent ?

2016-10-27 10.31.22.jpg

Lors de mon escapade à Equita’Lyon, je suis tombée sur des fers à cheval 2.0 (si on peut les appeler ainsi). Il s’agit de fers qui ont, sur la surface côté sol, une sorte de gomme qui aurait pour rôle d’amortir et ainsi rendre l’impact du fer moins important dans la locomotion équine.

Il s’agit de la marque de fer Footall.

Le principe est intéressant dans le sens qu’il y a une réflexion sur les limites du fer par rapport au pied équin. On essaie de faire avancer le domaine de la maréchalerie sans pour autant pousser les gens au pied nu.

Les quelques témoignages que j’ai pu rencontrer sur internet ne sont toutefois pas convainquants Continuer la lecture de Des fers qui amortissent ?

Les yeux bleus c’est « risqué » – mythe ou réalité scientifique ?

cropped-cropped-dsc_0002.jpg

Lors de l’acquisition du Poney Black and White, j’ai eu plusieurs fois droit à l’avertissement de bien surveiller ses yeux bleus qui « risquent de poser problème ! ».

Voilà maintenant presque 4 ans que je connais mon poney, et 3,5 ans que je le côtoie au quotidien (ou presque). Jusqu’à aujourd’hui, je ne recense qu’un seul coup de soleil (cet été ) et l’oeil droit (celui entouré que de blanc) qui coule lorsqu’il y a la bise. Je touche du bois.

Mais est-ce que j’ai vraiment une raison de toucher du bois ou bien est-ce que cette histoire de yeux bleus problématiques est un mythe ? Je me suis penchée sur la question pour le découvrir. Continuer la lecture de Les yeux bleus c’est « risqué » – mythe ou réalité scientifique ?

(Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

Il y a quelques jours, j’apprends avec enthousiasme qu’une famille a travaillé plus de 2 ans afin de pouvoir lancer les premières boots 100% suisses sur le marché ! Un travail colossal  lors duquel les heures n’ont pas été comptées  et qui va enfin pouvoir porter ses fruits dès septembre 2016 avec la commercialisation de leurs boots, les Swiss Galoppers.

Niveau design j’adore. La boot semble super simple à mettre et à enlever. J’avoue que c’est le côté sobre et le nom « Swiss Galoppers » qui ont attiré mon attention. Les boots sont produites en Suisse et sont le fruits de longues heures de réflexion, tests, etc… bref, quelque chose d’abouti ! (Lire le mode d’emploi)

Afin de pouvoir un peu mieux connaître cette nouvelle marque, je me suis permise de poser quelques questions à Tanja Eberle, membre de cette équipe de passionnés. Continuer la lecture de (Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

(Innovation) Megasus Horserunners

megasusFaire de la pub pour quelque chose qui n’existe même pas encore, voilà qui n’est pas chose facile. Les questions se bousculent, les incertitudes sont là.. mais voilà, tout projet qui souhaite avancer se doit d’éclore à la lumière des projecteurs un jour. C’est le cas pour les Megasus Horserunner qui font le buzz ces jours dans la communauté des pro pieds nus.

Voilà environ 1 semaine que le produit a été présenté que déjà, il rencontre un succès fou. Plus de 60’000 visites sur le site web et déjà plus de 1300 abonnés à la Newsletter pour ne citer que quelques chiffres. Bref, ce produit attire la curiosité des gens. Mais ce produit, c’est quoi exactement ? Continuer la lecture de (Innovation) Megasus Horserunners

Ca mousse à l’écurie !

Le 8 mars 2016, une émission de ABE se concentrait sur ce que nous cache la mousse de nos très chers shampoings. Ces produits de cosmétique qu’on retrouve dans presque toutes les salles de bain ne sont pas tous composé que d’amour et d’eau fraiche (en fait, y en a aucun).  Sans vouloir être trop alarmiste, l’émission nous donne des pistes de produits à éviter au maximum pour diverses raisons.

Lorsque j’ai regardé l’émission, je suis ensuite aller voir à la salle de bain de quoi étaient composés mes shampoings. Je m’étais dit qu’il faudrait que je fasse la même chose avec les nombreux shampoings/démêlants que j’ai pour le poney black and white. C’est chose faite. Continuer la lecture de Ca mousse à l’écurie !

La gale de boue

Votre cheval va au parc ? Donc inévitablement, la gale de boue hante vos nuits. Vous devenez parano, la moindre croûte sur les jambes de votre compagnon vous fait grimper les murs. Vous êtes prêt à accuser tout et tout le monde si cela devait arriver (même Pruneau le chien) et à aller brûler de l’encens pour satisfaire vos aïeux afin de vous en débarrasser.

Et pour ceux qui ne connaissent pas, voici un article qui vous résumera comment le poney black & white a réussi à vaincre la gale de boue !

D’abord la gale de boue, késako ? (oui j’adore ce mot… « késako »… c’est joli, c’est pas français, mais on comprend) Continuer la lecture de La gale de boue