Economie et sensibilité du pied nu

Avoir un cheval pied nu n’est pas tous les jours facile. Pour ma part, j’ai de la chance, après 2 ans de pied nu, Lola est définitivement un 4×4 et de mon côté j’ai pris suffisamment de bouteille niveau parage pour savoir ce qui lui convient et ce que je dois éviter, mais surtout, je sais reconnaitre ses réactions !

Il arrive que sur certains chemins, elle refuse de galoper ou marche bizarrement. Alors que les regards extérieurs y voient de la sensibilité et donc de la douleur, il en est bien souvent tout autre pour les chevaux pieds nus habitués et parés correctement.

Le pied nu offre aux chevaux une perception des sols qui est complète et bien différente. du pied ferré. Le pied nu, de par sa souplesse naturelle, offre un amorti et une stabilité bien supérieurs à ce que peut offrir n’importe quelle structure métallique apposée sous le pied, mais cela implique également une lecture du sol et donc un évitement des zones délicates.

Concrètement, les pieds du cheval servent à son interaction avec l’environnement. Les pieds sont formés d’une enveloppe de kératine pour protéger les structures internes où se trouvent également des récepteurs sensitifs qui lui permettent d’analyser la surface du sol. Ces récepteurs permettent au corps du cheval de déclencher les réflexes neuromusculaires du mouvement. Ces récepteurs sont des thermorécepteurs (température), des nocirécepteurs (douleur) ainsi que des mécanorécepteurs (mouvement mécanique) (Floyd & Mansmann, 2007). Ainsi, le pied du cheval n’est pas juste une grosse boite rigide, il s’agit d’un organe vivant et sensible capable d’analyser ce qui l’entoure et d’y répondre spontanément.

Cette sensibilité naturelle permet au cheval de choisir ses chemins mais surtout de s’économiser ! Ainsi, un cheval qui refuse de galoper lorsque le terrain devient un peu délicat ne le fera pas forcément car il a mal, mais tout simplement car, comme un coureur qui modifie sa foulée selon le sol, il s’économise et souhaite éviter les blessures. Le cheval est donc tout à fait capable d’adapter son allure au terrain de son propre chef. Continuer la lecture de Economie et sensibilité du pied nu

Publicités

Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

J’ai enfin pris le temps de lire un article sur la dissymétrie du cheval monté écrit par Pierre Beaupère.

(Et voilà, bientôt elle nous dira qu’elle a mangé une pomme….)

Cet article m’a ouvert les yeux sur quelques points c’est pourquoi je me permets donc de reprendre certains éléments de cet article ainsi que leurs illustrations pour expliquer concrètement ce que cela signifie dans le cas de mon cheval.

Tout d’abord, en résumé : les chevaux, comme tout autre mammifère, sont soit droitiers, soit gauchers. Comme pour les humains, cela implique d’avoir un côté « fort » et un côté « faible ».

Le high/low – l’asymétrie des talons

Que ça sonne bien le high/low. Dire que son cheval est high/low, c’est intéressant, limite en vogue… « Tu regardes comment il broute et tu sauras. Si en plus il a un talon d’antérieur plus haut que l’autre, c’est sûr, il est high low ! ». Mesdames, messieurs : FAUX !

Le high/low est avant tout une atteinte ostéopathique qui Continuer la lecture de Droitier/gaucher – la facilité est une menteuse

Ces pieds qui ne rentrent pas dans le moule

Ah mais c’est logique qu’un beau pied doit répondre à une certaine conformité ! Il faut regarder les angles ! Et puis s’il n’use pas partout pareil, c’est qu’il n’est pas fait pour le pied nu !

Ah bon ? Car toi, petit humain, tu uses tes chaussures de manière équilibrée peut-être ? Jamais tu n’as la cheville qui part à l’intérieur ou tu poses davantage sur l’extérieur de ton pied ? Ah, tu as les pieds plats…. donc ça ne compte pas. Si tu le dis….

Pour les chevaux, c’est un peu pareil. Certains essaient de mettre tous les pieds dans des moules. Il y a les bons pieds nus, ceux qui avec un parage tous les 4 mois s’en sortent (des warriors de mon point de vue). Et pour le reste Continuer la lecture de Ces pieds qui ne rentrent pas dans le moule

Megasus Horserunners – un succès avant même d’exister !

megasus-horserunners-rossini-testpferd_1.jpgIls l’ont fait !

A la fin de cet été, je vous présentais une innovation dans le monde de l’habille-papattes : les megasus horserunners

Il y a déjà plusieurs années que toute l’équipe de Megasus cherche à améliorer le monde du cheval. D’abord, ils se sont lancés dans une nouvelle forme de fers à cheval, les easywalker. Des « fers » composés d’un plastique rigide qui offraient davantage de flexibilité aux pieds des chevaux et une stimulation proche de celle des pieds nus. 1569047_sm.jpgEt puis cela ne leur suffit plus et ils se lancèrent dans la création d’une sandale qui s’attache tout simplement au pied du cheval à l’aide d’un système de velcro particulier. Plus de permanence, plus de clous.

Il y a environ 1 semaine, l’équipe de megasus lançait sa récolte de fonds sur Kickstarter ! En quelques jours seulement, les investisseurs se sont montrés nombreux et généreux. En effet, grâce à des gens comme vous et moi, les créateurs des mégasus ont réussi à récolter la modique somme de 100’000€, somme minimale nécessaire à la naissance de leur produit sur le marché. Mais la collecte ne se terminera que début novembre, donc à tous ceux qui souhaitent profiter de pré-commander leur produit à un prix réduit de moitié, n’hésitez pas à vous lancer (et découvrez vous une âme de testeur de ouf en 2017 !!) Continuer la lecture de Megasus Horserunners – un succès avant même d’exister !

(Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

Il y a quelques jours, j’apprends avec enthousiasme qu’une famille a travaillé plus de 2 ans afin de pouvoir lancer les premières boots 100% suisses sur le marché ! Un travail colossal  lors duquel les heures n’ont pas été comptées  et qui va enfin pouvoir porter ses fruits dès septembre 2016 avec la commercialisation de leurs boots, les Swiss Galoppers.

Niveau design j’adore. La boot semble super simple à mettre et à enlever. J’avoue que c’est le côté sobre et le nom « Swiss Galoppers » qui ont attiré mon attention. Les boots sont produites en Suisse et sont le fruits de longues heures de réflexion, tests, etc… bref, quelque chose d’abouti ! (Lire le mode d’emploi)

Afin de pouvoir un peu mieux connaître cette nouvelle marque, je me suis permise de poser quelques questions à Tanja Eberle, membre de cette équipe de passionnés. Continuer la lecture de (Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

(Innovation) Megasus Horserunners

megasusFaire de la pub pour quelque chose qui n’existe même pas encore, voilà qui n’est pas chose facile. Les questions se bousculent, les incertitudes sont là.. mais voilà, tout projet qui souhaite avancer se doit d’éclore à la lumière des projecteurs un jour. C’est le cas pour les Megasus Horserunner qui font le buzz ces jours dans la communauté des pro pieds nus.

Voilà environ 1 semaine que le produit a été présenté que déjà, il rencontre un succès fou. Plus de 60’000 visites sur le site web et déjà plus de 1300 abonnés à la Newsletter pour ne citer que quelques chiffres. Bref, ce produit attire la curiosité des gens. Mais ce produit, c’est quoi exactement ? Continuer la lecture de (Innovation) Megasus Horserunners

Le poney à chaussons

Cette année semble particulièrement pénible pour les détenteurs de chevaux pieds nus. Terrains peu favorables car trop humides, herbe trop riche, métabolisme engorgé… bref plus d’un facteur contribuent à la sensibilité des pieds de nos amis. Le poney black and white n’y coupe pas.

Devant le fait accompli, l’achat d’hipposandales s’est imposé. Etant un peu pénible, j’ai recherché des boots qui répondaient aux critères suivants :

  • qui ne fassent pas « plot » aux pieds, donc esthétiquement jolies (ok, c’est pas prioritaire, on est d’accord)
  • qui ne soient pas composées de 300 couches de matières différentes qui risqueraient de pomper l’eau à la première flaque
  • qui ne tournent pas
  • dont les pièces peuvent être changées séparément sans devoir à chaque fois racheter une boot entière (à presque 100.- la boot, on veut éviter de devoir la changer trop souvent)
  • qui aillent au poney (qui a juste des pieds qui font 10.5 x 11.4 cm……non ce n’est pas petit, c’est juste mignon !)

Mon choix s’est donc porté sur les Easyboot Epic, un modèle de 2005 d’une marque qui fait ses preuves depuis 40 ans dans le domaine des hipposandales ! Continuer la lecture de Le poney à chaussons

Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 2)

Ce test est la suite de cet article : https://leponeyblackandwhite.wordpress.com/2016/08/09/depannage-durgence-boots-faites-maison/#more-3229

2016-08-10 17.17.5310.08.2016 : Ce soir, rebelotte, on essaie à nouveau de bidouiller des boots en espérant qu’elles tiendront 1h de balade sur terrain à 80% bétonné et/ou caillouteux (et un peu d’herbe).
On recommence la combine mais cette fois en mettant un scotch sur le sabot avant de poser le caoutchouc. On emballe tout le pied pour ce deuxième essai et on part. Là à nouveau, aucune gêne pour marcher, ça se passe bien. Un bout de scotch semble se faire la malle mais rien ne bouge vu depuis dessus. 1h de balade, 6km, 80% béton et cailloux, allure du pas uniquement (le but étant de trouver une combine de boots qui dépanneraient pour une balade ou deux et non pas des boots pour le quotidien). Continuer la lecture de Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 2)

Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 1)

Depuis quelques jours, ma jument présente une sensibilité assez importante côté cailloux. Elle marche très bien sur tous les terrains autrement. On corrige le parage et il ne reste plus qu’à attendre… sauf que la pépette, elle est pas à l’aise sur les cailloux, donc on réfléchit à une idée en attendant les boots commandées afin de quand même pouvoir partir en balade sans que mademoiselle doive sans arrêt chercher l’herbe dès qu’un caillou se présente…Et si j’en fabriquais moi-même des boots pour dépanner ?

Continuer la lecture de Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 1)

Suivi d’une pourriture de fourchette profonde (1)

Par cette météo « arrosée », les pourritures de fourchette ne sont pas rares.
Je vous avais déjà proposé deux produits, faits maison, afin de lutter contre la pourriture de fourchette :

Mais qu’en est-il de leur réel efficacité ? Sur le poney black & white, un début de pourriture a pu être supprimé en à peine deux semaines. Le poney a maintenant droit à un tartinage de pied hebdomadaire à la pâte d’argile afin de prévenir toute autre apparition.

En parallèle, j’aide un autre cheval, atteint depuis déjà quelques temps de pourriture profonde à plusieurs pieds. Malgré de nombreux produits essayés Continuer la lecture de Suivi d’une pourriture de fourchette profonde (1)