La graisse à sabot, une fausse bonne idée

DSC_0013Lorsque j’étais plus jeune, j’ai appris qu’il était nécessaire de graisser régulièrement (min. 1x par semaine) les pieds de nos chers compagnons. Des graisses à sabot, il en existe sous tous les formats, toutes les couleurs, tous les arômes (tous les goûts).

La réalité est un peu autre que ce qu’on m’a enseigné. L’hydratation d’un pied  (qu’il soit ferré ou non), se fait avec de l’eau et non de la graisse, ni de l’huile.

En fait, la graisse va former une fine pellicule sur la surface du sabot, rendant ce dernier imperméable à tout échange aqueux avec son environnement. C’est comme mettre une crème grasse sur notre peau : on se retrouve juste avec la peau grasse pendant des heures mais pas de réelle hydratation. Cette dernière se fait uniquement avec de l’eau par Continuer la lecture de La graisse à sabot, une fausse bonne idée

Publicités

(Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

Il y a quelques jours, j’apprends avec enthousiasme qu’une famille a travaillé plus de 2 ans afin de pouvoir lancer les premières boots 100% suisses sur le marché ! Un travail colossal  lors duquel les heures n’ont pas été comptées  et qui va enfin pouvoir porter ses fruits dès septembre 2016 avec la commercialisation de leurs boots, les Swiss Galoppers.

Niveau design j’adore. La boot semble super simple à mettre et à enlever. J’avoue que c’est le côté sobre et le nom « Swiss Galoppers » qui ont attiré mon attention. Les boots sont produites en Suisse et sont le fruits de longues heures de réflexion, tests, etc… bref, quelque chose d’abouti ! (Lire le mode d’emploi)

Afin de pouvoir un peu mieux connaître cette nouvelle marque, je me suis permise de poser quelques questions à Tanja Eberle, membre de cette équipe de passionnés. Continuer la lecture de (Interview) Swiss Galoppers : des boots suisses débarquent sur le marché !

Le poney à chaussons

Cette année semble particulièrement pénible pour les détenteurs de chevaux pieds nus. Terrains peu favorables car trop humides, herbe trop riche, métabolisme engorgé… bref plus d’un facteur contribuent à la sensibilité des pieds de nos amis. Le poney black and white n’y coupe pas.

Devant le fait accompli, l’achat d’hipposandales s’est imposé. Etant un peu pénible, j’ai recherché des boots qui répondaient aux critères suivants :

  • qui ne fassent pas « plot » aux pieds, donc esthétiquement jolies (ok, c’est pas prioritaire, on est d’accord)
  • qui ne soient pas composées de 300 couches de matières différentes qui risqueraient de pomper l’eau à la première flaque
  • qui ne tournent pas
  • dont les pièces peuvent être changées séparément sans devoir à chaque fois racheter une boot entière (à presque 100.- la boot, on veut éviter de devoir la changer trop souvent)
  • qui aillent au poney (qui a juste des pieds qui font 10.5 x 11.4 cm……non ce n’est pas petit, c’est juste mignon !)

Mon choix s’est donc porté sur les Easyboot Epic, un modèle de 2005 d’une marque qui fait ses preuves depuis 40 ans dans le domaine des hipposandales ! Continuer la lecture de Le poney à chaussons

Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 1)

Depuis quelques jours, ma jument présente une sensibilité assez importante côté cailloux. Elle marche très bien sur tous les terrains autrement. On corrige le parage et il ne reste plus qu’à attendre… sauf que la pépette, elle est pas à l’aise sur les cailloux, donc on réfléchit à une idée en attendant les boots commandées afin de quand même pouvoir partir en balade sans que mademoiselle doive sans arrêt chercher l’herbe dès qu’un caillou se présente…Et si j’en fabriquais moi-même des boots pour dépanner ?

Continuer la lecture de Dépannage d’urgence : Boots faites maison (Test n° 1)

Le Késako de la pourriture de fourchette profonde

Avec ces temps humides, on est tous confronté au même problème : la pourriture de fourchette… Certains plus que d’autres. Mais qu’en est-il de la pourriture profonde de fourchette ?

La plupart du temps, dans nos esprits, lorsqu’on cure un sabot,  que le dessous est blanc et qu’une odeur nauséabonde s’en dégage, alors c’est là le signe d’une pourriture de fourchette. Hors 90% des chevaux sont atteints de pourriture profonde de fourchette (donc qui ne se « voit » pas si on ne connait pas).

Qu’est-ce que c’est exactement ?

La pourriture profonde de fourchette se situe Continuer la lecture de Le Késako de la pourriture de fourchette profonde