Economie et sensibilité du pied nu

Avoir un cheval pied nu n’est pas tous les jours facile. Pour ma part, j’ai de la chance, après 2 ans de pied nu, Lola est définitivement un 4×4 et de mon côté j’ai pris suffisamment de bouteille niveau parage pour savoir ce qui lui convient et ce que je dois éviter, mais surtout, je sais reconnaitre ses réactions !

Il arrive que sur certains chemins, elle refuse de galoper ou marche bizarrement. Alors que les regards extérieurs y voient de la sensibilité et donc de la douleur, il en est bien souvent tout autre pour les chevaux pieds nus habitués et parés correctement.

Le pied nu offre aux chevaux une perception des sols qui est complète et bien différente. du pied ferré. Le pied nu, de par sa souplesse naturelle, offre un amorti et une stabilité bien supérieurs à ce que peut offrir n’importe quelle structure métallique apposée sous le pied, mais cela implique également une lecture du sol et donc un évitement des zones délicates.

Concrètement, les pieds du cheval servent à son interaction avec l’environnement. Les pieds sont formés d’une enveloppe de kératine pour protéger les structures internes où se trouvent également des récepteurs sensitifs qui lui permettent d’analyser la surface du sol. Ces récepteurs permettent au corps du cheval de déclencher les réflexes neuromusculaires du mouvement. Ces récepteurs sont des thermorécepteurs (température), des nocirécepteurs (douleur) ainsi que des mécanorécepteurs (mouvement mécanique) (Floyd & Mansmann, 2007). Ainsi, le pied du cheval n’est pas juste une grosse boite rigide, il s’agit d’un organe vivant et sensible capable d’analyser ce qui l’entoure et d’y répondre spontanément.

Cette sensibilité naturelle permet au cheval de choisir ses chemins mais surtout de s’économiser ! Ainsi, un cheval qui refuse de galoper lorsque le terrain devient un peu délicat ne le fera pas forcément car il a mal, mais tout simplement car, comme un coureur qui modifie sa foulée selon le sol, il s’économise et souhaite éviter les blessures. Le cheval est donc tout à fait capable d’adapter son allure au terrain de son propre chef. Continuer la lecture de Economie et sensibilité du pied nu

Publicités

Du sport pour les cavaliers

I love sport

L’équitation est un sport. En tant que cavalière, je ne le remets pas en cause (même si parfois j’avoue que me faire balader à droite à gauche à dos de poney ne me donne pas vraiment l’impression de brûler des calories…). Beaucoup de cavaliers ne prennent pas le temps de faire du sport à côté de l’équitation (car oui, l’équitation est un sport, on le sait déjà).

Cardio, souplesse, équilibre sont quelques points clés important à cheval et qui pourtant sont négligés dans l’entrainement du cavalier qui pense qu’en montant 1h intensive par jour (je souhaite à votre cheval que ce ne soit pas le cas) il peut acquérir ces capacités. Monter à cheval, certes nous permet de nous améliorer, mais comme dans tous les sports, ce sont toujours les mêmes muscles qui seront mis à contribution.

Avez-vous déjà fait une course de 2km à dos de cheval dans un galop effréné ? Continuer la lecture de Du sport pour les cavaliers